L'école Jules Ferry

Ecole Jules Ferry Dieppe
Ecole Jules Ferry Dieppe
Ecole Jules Ferry Dieppe
Ecole Jules Ferry Dieppe Ecole Jules Ferry Dieppe
Ecole Jules Ferry Dieppe

Le 5 septembre 1939, la ville de Dieppe connait sa première alerte aérienne, sans conséquence. Le 8 septembre, la ligne transmanche Dieppe-Newhaven est supprimée. Priorité est donnée aux transports de troupes britanniques. Ces troupes britanniques en transit vers le front établissent une base maritime et terrestre qui subsistera jusqu'à la capitulation française. La presse locale exalte la défense héroïque de l'armée polonaise, "les plans allemands sont en déroute". Nous savons aujourd'hui que la brave armée polonaise avait encore des lanciers à cheval à opposer aux chars et aux stukas.

Le 12 septembre, les richesses du musée et de la bibliothèque municipale sont mises à l'abri.

5 écoles publiques seulement accueillent les élèves à la rentrée du 2 octobre (Louis Vitet, Michelet, Fénelon, Florian, Thomas), ainsi que les écoles libres. Les autres écoles (R.Simon, Desceliers, Sévigné, Jules Ferry et la maternelle Blainville) ouvrent le 20 octobre dans d'autres locaux que les leurs. L'orphelinat des "Petits Flots" quitte le centre ville pour les hauteurs (il y est toujours). Des hôpitaux militaires s'installent en ville dans les écoles réquisitionnées.






Nos glorieux aînés nous ont souvent parlé d'une chanson apprise, il y a longtemps et qui fut chantée dans toutes les écoles publiques lors de la célébration du cinquantenaire de l’école laïque en 1931.

Honneur et gloire à l'école laïque ! (.mp3)

Partition et paroles (.pdf)

Des années 60 à aujourd'hui, les profs ont inspiré de nombreux chanteurs. Découvrez un florilège de chansons décalées, émouvantes ou engagées, dédiées au corps enseignant sur vousnousils.fr



Certificat d'Etudes 1930